Deux éléments de mobilier extérieur conçus pour accueillir une ou plusieurs personnes dans une atmosphère douce et confortable. Leur conception privilégie le jeu de l’ombre et de la lumière dans une relation subtile entre des lames de bois et des courbes, qui réduit les effets nocifs du rayonnement solaire. Le profil et l’inclinaison du dossier, la liberté de pouvoir s’asseoir l’un en face de l’autre ou côte à côte, la faculté d’avoir la tête à l’ombre et le corps au soleil caractérisent ces sièges d’un concept nouveau, version contemporaine des kiosques des parcs du XIXe.

L’association du métal et du bois permet la création d’un objet très résistant, agréable à regarder et à toucher. L’ossature est constituée d’arcs métalliques presque invisibles, en acier laqué au four avec variante inox. Elle est revêtue de lames de bois de part et d’autre qui donnent un aspect semblable sur les deux faces, ce qui est important pour du mobilier d’extérieur. Le bois choisi est l’Iroko, le « chêne d’Afrique », très résistant aux intempéries et d’un bel aspect brun orangé. Il est protégé par une huile d’impression, sa durée de vie est de plus de trente ans.

Réalisés à l’origine pour une utilisation personnelle, ces sièges sont aujourd’hui commercialisés, après une longue période de mise au point avec mon épouse, Mona (créatrice de mobilier/design graphique) et mes deux filles, Anita et Carine, qui m’accompagnent dans cette aventure. Plusieurs prototypes ont été réalisés et installés à Lourmarin (Provence), pour ajuster les dimensions et les proportions. Ils nous ont permis aussi de découvrir comment ces formes enveloppantes créent une sensation agréable quand on s’y installe : libéré de lunettes noires, de crèmes et de chapeaux, sans le risque de l’exposition de notre peau au soleil (cancer). On ressent pleinement l’espace harmonieux créé par l’enveloppe de bois qui « courbe les ombres ».
Philippe Robert